globe Menu Recherchez
Analyse des sprays

Stimulation, réponse et adaptation : La pulvérisation peut-elle devenir biologique ?


7

Oct. 20



Pour enrevenir à la biologie 101, on nous apprend qu'un organisme s'adapte à un environnement par desstimuli. Vous êtes perdu dans vos pensées lorsque la lumière rouge devient verte et que quelqu'un klaxonne. Votre rythme cardiaque s'élève, votre adrénaline monte en flèche et vous êtes soudainement hyper concentré sur l'accélération. Le stimulus (klaxon de voiture) force votre système endocrinien à se mettre en marche (augmentation du rythme cardiaque, montée d'adrénaline, concentration), puis une réponse se produit pour s'adapter avec succès à l'environnement (accélération).

De même, les grandes entreprises technologiques exploitent le pouvoir de la stimulation-réponse pour prévoir vos comportements et vos adaptations à l'environnement d'achat ou d'interaction. Voyons un exemple. Vous achetez une paire de chaussures de sport chez Amazon. Soudain, vous recevez des suggestions sur d'autres chaussures de sport et certains équipements sportifs. Si vous donnez suite à ces offres, vous recevez d'autres suggestions, chacune un peu plus précise que la suivante.

Appliquons ce même concept à la technologie de pulvérisation. Avec les bons outils: laser, capteurs, caméras et logiciels d'IA, nous pouvons intégrer l'adaptation biologique dans un système de pulvérisation. Par exemple, nous plaçons un capteur sur chaque buse que nous vendons et fournissons au client un dispositif d'accompagnement qui reçoit des mesures de débit et de pression en temps réel. Les mesures idéales de débit et de pression sont programmées dans l'appareil et chaque fois que ces mesures s'écartent, un signal est envoyé au client.

Dans sa forme la plus simple, nous avons un stimulus et une réponse. La mesure de débit ou de pression d'une buse est anormale et envoie donc un signal à l'appareil récepteur. Un tel système est en cours de développement et sera bientôt disponible. Rien que cela est révolutionnaire. Mais, comment pouvons-nous maintenant passer à la réponse ? Comment pouvons-nous faire en sorte que ce processus imite les structures biologiques ?

Un système d'auto-guérison est le premier qui nous vient à l'esprit. Le débit étant trop élevé, un signal est envoyé à l'appareil récepteur qui, à son tour, envoie un signal au système de pulvérisation pour réguler le débit. Les possibilités d'un tel dispositif sont infinies. Où voyez-vous des systèmes émulant des structures biologiques ? Comment pouvons-nous commencer ? Contactez-nous pour discuter du sujet plus en profondeur ou connectez-vous directement avec moi via LinkedIn.